Ambiance-maux-hiver_800x800px

Prévenir les maux de l’hiver

Les maux et épidémies hivernales

Définition :

Les virus respiratoires, responsables de rhumes, rhinopharyngites, grippes saisonnières,
bronchites et bronchiolites chez l’enfant.

Les virus responsables de gastro-entérites,
avec pour risque principal la déshydratation
des nourrissons et des jeunes enfants sont les maux
qui peuvent atteindre nos organismes plus vulnérables
lorsque le froid s’installe.

Période critique :

De novembre à avril : La grippe saisonnière.
Infection respiratoire aiguë très contagieuse. Elle dure en moyenne 9 semaines.
De mi-octobre jusqu’à la fin de l’hiver : La bronchiolite.
Cette infection respiratoire des petites bronches est due à un virus respiratoire très répandu et très contagieux. Cette épidémie saisonnière, potentiellement grave pour les nourrissons, débute généralement mi-octobre et se termine à la fin de l’hiver avec un pic durant le mois de décembre.

@

Qui est concerné ?

Nous sommes tous concernés cependant certaines personnes seront plus sensibles :
  • Personnes âgées.
  • Nourrissons et enfants.
  • Personnes fragilisées.

Les modes de contamination

La transmission des virus saisonniers de l’hiver se fait :
  • par les gouttelettes chargées de virus émises lors de toux, d’éternuements
    (elles restent en suspension dans l’air) ou par les postillons et
    la salive de personnes infectées
  • par le contact direct des mains
    d’une personne infectée à une
    autre personne (par exemple en
    serrant la main) ou par le contact d’objets
    (jouets, doudous, tétines,
    boutons d’ascenseur,
    couverts, etc.) contaminés par une
    personne malade.
  • par l’air, surtout lorsqu’une personne malade occupe
    une pièce fermée (chambre, salle d’attente, etc.)

Se protéger et protéger son entourage

Les Mains :
Le lavage des mains plusieurs fois dans la journée, surtout si l’on s’occupe d’enfants et de personnes âgées, qui sont plus vulnérables. Ce geste est indispensable après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, après avoir rendu visite à une personne malade, après chaque sortie à l’extérieur et bien sûr avant de préparer les repas, de les servir ou de les prendre.
Pour un bon lavage des mains, on conseille d’utiliser un savon liquide (le pain de savon n’est pas aussi hygiénique car il reste humide) pendant trente secondes et de ne pas oublier de frotter les ongles et le bout des doigts, la paume et l’extérieur des mains, les jointures des doigts et les poignets. Le séchage doit se faire avec une serviette propre, à usage unique ou à l’air libre. Une solution hydro alcoolique peut aussi remplacer le savon.
Les surfaces :
Nettoyer et désinfecter régulièrement les poignées de portes et autres surfaces fréquemment en contact avec les mains.
Humidifiez l’atmosphère, trop sèche elle provoque un assèchement des muqueuses et un inconfort respiratoire.
En cas de contamination portez un masque surtout si vous
cotoyez une personne fragile.

L’air :
Ne pas surchauffer.
Aérer chaque jour votre habitation.
Utiliser des assainissants atmosphériques naturels à pulvériser ou à diffuser.

Bien se vêtir :
Les écarts de température sollicitent l’organisme. Superposez les vêtements. Couvrez votre tête (c’est l’endroit où la perte de chaleur est la plus importante). Privilégiez les matières respirantes. Les pieds ne doivent pas être serrés, portez des chaussures respectant votre morphologie et des chaussettes adaptées.
Bien se nourrir :
Une alimentation saine, variée et équilibrée préserve le système immunitaire.
Privilégiez à chaque repas :
  • les fruits et légumes frais (crus ou cuits, en jus)
  • les aliments riches en Oméga-3 (poissons, fruits de mer, huile d’olive ou de colza, noix, amandes)
  • les viandes blanches, poissons, oeufs (riches en protéines et maigres)
  • utilisez les épices (ail, gingembre, persil, menthe, coriandre, poivre noir, chili, curcuma) aux propriétés anti bactériennes.
Personne fragile :
La personne fragilisée, la personne âgée dont le système immunitaire est affaibli peut bénéficier d’une complémentation alimentaire adaptée : apports calorique, protéinique et vitaminique.
Vaccination :
La vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chaque année pour les personnes âgées de 65 ans et pour :
  • Les femmes enceintes quel que soit le trimestre de grossesse ;
    Les personnes atteintes de certaines affections (cf bulletin épidémiologique N°14-15 du 10/04/2012)
  • Les personnes obèses
  • L’entourage familial de nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave (cf bulletin épidémiologique N°14-15 du 10/04/2012)
  • Les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médicosocial d’hébergement quel que soit l’âge
  • Certains professionnels de santé (cf bulletin épidémiologique N°14-15 du 10/04/2012)